Les œuvres de Didier Leemans en volumes ou en dessins interagissent autour de la notion de « présence Humaine ».

Des instantanés volumiques ou le corps dans une temporalité suspendue est en tension avec l’espace.
Le corps comme archétype où l’étude des signes anatomiques nous montre un synopsis corporel plus qu’une identité propre.

Le bois laissé brut garde les traces de l’outil laissant des vibrations sur la matière, des traits rappellent la structure anatomique interne créant un aller retour entre l’intérieur et l’extérieur du corps.

Certaines sculptures renvoient le spectateur vers la notion d’ombre développée dans les dessins...
Didier Leemans y joue avec l’encre de chine créant une dualité entre le corps et son ombre déformée, oppressante ou détendue.

La marée noire se meut en espace fluide avant de partir en fumée, le corps se fond dans l’espace paysage ouvrant la profondeur de champ.